Parody/Mimicry/Appropriation

 

« Plus brutalement, il [le colonisateur] dira que le colonisé n’est qu’un singe. Et plus le singe est subtil, plus il imite bien, plus le colonisateur s’irrite. » Albert Memi, Portrait du colonisé.

__________

"An abridged history of appropriations, (A Nigerian airline compagny)"
Clément Collet-Billon, An abridged history of appropriations, (A Nigerian airline compagny), oil on canvas, 120x180cm, 2011

An abridged history of appropriations, (A Nigerian airline compagny) :

A travers cette photo légèrement voilée d’un avion d’une compagnie aérienne nigériane s’appelant First Nation et décollant de l’aéroport de Glasgow, je lis un condensé de l’histoire coloniale moderne et de la création des nations africaines actuelles :

« Il ne faut pas oublier que beaucoup de nations africaines modernes ont été créées de façon totalement artificielles, et non dans l’intérêt des populations. Elles n’ont pas tenu compte de ce qui existait (…) avant la colonisation : les différentes nationalités qui étaient là et que les Européens ont appelées des tribus, alors qu’il s’agissait souvent de nations. Et lorsque l’on réunit plusieurs groupes différents pour n’en faire qu’un, (…) le pouvoir devient un sujet de disputes et de contestations. Différents moyens sont employés pour ceux qui veulent contrôler le pouvoir et les ressources pour asseoir leur autorité sur la nouvelle entité. »

Wole Soyinka, Prix Nobel de Littérature, Nigéria.

« Il était sans doute très difficile pour les Etats colonisateurs de trouver les ressources pour diriger les pays qui étaient sous leur autorité. Ils devaient trouver le moyen de contrôler ces pays et mettre une gouvernance adéquate. L’indirect rule utilisait le pouvoir traditionnel déjà en place dans ces pays pour gérer les affaires. Dans le nord du Nigeria, par exemple, il y avait un système bien établi d’émirs et de sultans, à l’aide desquels les colons pouvaient diriger le pays. Ils s’assuraient ainsi que leurs lois étaient bien promulguées et appliquées. Le colonisateur contrôlait le territoire par l’intermédiaire de ces chefs. »

Nogozi Okonjo-Iwela, directrice générale de la Banque Nationale du Nigéria.

In « Afrique(s), une autre histoire du XX° siècle », série documentaire de Elikia M ‘Bokolo, Philippe Sainteny, et Alain Ferrari.

__________

"Mimicry or Parody 06/Visa for Appropriation"
Clément Collet-Billon, Mimicry or Parody 06/Visa for Appropriation, Oil on canvas, 85x130cm, 2011

A propos de Mimicry or Parody 06/Visa for Appropriation :

Le mot utilisé pour l’intitulé de cette série, « appropriation », se lit de différentes manières. Une première lecture évidente en recouvre une autre. Ici, le design du paquet de cigarettes malgaches s’approprie les codes renvoyant à un fantasme iconique que véhicule les Etats-Unis. Mais, dans un deuxième temps et de manière insidieuse, en décentrant le lieu de vente de ces cigarettes sur l’ile de Madagascar, c’est tout le refoulé de l’accaparement des richesses, de l’exploitation de la force de travail, du contrôle des routes commerciales, et une appropriation des terres par l’Occident colonial et impérial qui ressurgit.

___________

"Mimicry or Parody 05/Appropriation"
Clément Collet-Billon, Mimicry or Parody 05/Appropriation, Oil on canvas, 85x130cm, 2011

A propos de Mimicry or Parody 05/Appropriation :

L’apparente simplicité qui caractérise cette série met en lumière les nuances qu’il existe entre différentes formes d’imitation, notamment entre copie et simulation. Ici, le logo « Underground » du métro londonien est en partie copié par les transports en commun de Kuching, en Malaisie. (La Malaisie a connu une domination britannique durant le période coloniale du XIXème et du XXème siècle). Après la lecture de ce logo plaqué sur le flanc du bus, nos yeux s’attardent sur le passager qui nous regarde derrière la vitre, matérialisation d’une séparation ou de « la bonne distance » entre soi et l’autre, lieu de projection du fantasme de ce qu’est l’autre. Derrière la vitre, dans le fond du bus, une peinture cubiste est simulée comme une réminiscence des peintures de Picasso et de l’intérêt de cet artiste pour l’art tribal. Discrètement, le spectre du fantasme primitiviste plane.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s