Deterritorialized #01**

Deterritorialized #01
Clément Collet-Billon, Deterritorialized #01, oil on canvas, 120x180cm, 2016

Mes tableaux ne peuvent pas se passer de la source photographique pour se réaliser. Ils ne sont ni vraiment des peintures à part entière, ni vraiment des photos. Les limites des deux modes d’expression se brouillent en un territoire intermédiaire, ni l’un, ni l’autre, les deux à la fois. C’est une peinture qui s’affirme et se détruit dans un même mouvement. Elle s’inscrit dans ce processus psychique « qui consiste à poser, dans le même moment ou mouvement, une chose et son contraire, une affirmation et une négation, ou plus précisément encore à construire une mixtion entre pulsion érotique (l’affirmation) et une pulsion destructrice (la négation) incarnées dans un seul jugement, dans un objet unique. » (Thierry Davila, « In Extremis »). Comme souvent dans mes travaux, le fond et la forme s’imbriquent. Cette peinture a pour source photographique une enseigne d’un magasin trouvé en Malaisie. Sur cette enseigne, il est écrit le mot Arafat. Arafat renvoie autant à un moment et à un lieu important pour les musulmans faisant le grand pèlerinage (hadj), qu’au nom du défunt Président de l’Autorité Palestinienne, Yasser Arafat. Donc, le mot Arafat sur l’enseigne peut faire écho autant à une colline de granit où le prophète Mahomet aurait donné son sermon d’adieu aux fidèles l’ayant accompagné, qu’à la Palestine et à la question des territoires occupés. Le brouillage de nombreuses limites, qu’elle soient formelles ou théoriques, se trouve ici condensé dans un seul et même tableau. Beaucoup de ces notions parcourent mes travaux précédents, mais de façon plus parcellaire qu’ici. Ce tableau évoque et bouscule les limites catégorielles entre différentes modes d’expression, les limites des multiples sens qu’un seul et même mot peut recouvrir, ou encore les limites franchies lors d’un déplacement. Ce nom-lieu évoque l’ailleurs ou une situation de domination imposant son univers de restrictions conséquentes sur une population. Ce tableau-résumé ne pouvait que s’appeler « Deterritorialized #01», avec toutes les possibilités de compréhension que le mot « déterritorialisation » déploie en fonction des disciplines qui l’utilisent (philosophie, anthropologie, géographie…).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s